Un Druide.

Médecine générale en terres bretonnes.

Les gens.

Quand on veut émettre un sentiment que l’on pense général. Quand on veut dévoiler ses opinions, non assumées, en les mettant dans la bouche des autres. Quand on ment. Quand on déforme la réalité. Quand on s’arrange avec la vérité. Quand on veut faire parler la vox populi sans citer de sources. Quand on parle de ce qu’on ne connait pas.

Bref, quand on veut dire des choses approximatives sans trop se justifier, on utilise la formule « les gens ». « Les gens » c’est tout le monde et personne. C’est le voisin, le patient, le collègue, le politique. C’est le rural qui « cause dans le poste » au « Treize Heures » de TF1, sous-titré bien sûr car pourvu d’un fort accent régional (1). C’est l’éminent Professeur d’Université parisien qui jette un oeil au delà du boulevard périphérique. Ce sont les parents, les tontons, les tatas…

Et si j’en parle en ce jour, des gens, c’est parce qu’ils me font suer! En politique, en économie, en faits de société… et bien sûr dans le domaine de la santé (on est là pour ça, hein?). Plus particulièrement sur le délicat sujet de la désertification médicale. On entend tout et n’importe quoi à ce sujet, que ça vienne de la rue ou des plus hautes sphères de la République.

Alors pour une fois, je vais essayer d’écouter ces « gens », de répondre simplement, à mon humble niveau de médecin généraliste en fin de formation initiale, à leurs questions ou affirmations.

« Les jeunes médecins, il faudrait les obliger à aller dans les zones sous-dotées, on leur paye leurs études »

En effet, la faculté de médecine a un coût pour la collectivité, comme les facultés de mathématiques, histoire, lettres… Une année de faculté revient environ à 9000€ par an à l’Etat. Par comparaison une année en classe préparatoire frôle les 14000€ , en BTS les 13500€. Une année en IUT est comparable à une année en faculté. (source)

On voit bien ici que l’argument « on paye leurs études » ne tient pas. Ou alors il faudrait obliger également tous les autres corps de métier qui fuient les déserts de vie (et pas uniquement médicaux) à s’y installer. Boulangers, artisans, techniciens… sont aussi très importants pour la vie des gens et des villages qu’ils habitent.

Les études de médecine sont quasi exclusivement théoriques pendant 3 ans, s’en suivent 3 années d’externat où l’étudiant est à l’hôpital tous les matins et 3 ans d’internat où il travaille tous les jours à l’hôpital ou au cabinet de médecine générale. Je dis bien travail, donc rémunéré, car bien qu’en formation l’interne est la main d’oeuvre médicale de l’hôpital, avec des responsabilités certaines et des horaires parfois à rallonge. Ces années ne peuvent être vues comme des « études » à proprement parler qui seraient une charge pour le contribuable, les internes étant quotidiennement au lit du malade, à donner des soins aux patients en ayant besoin. (2)

Et en ce qui concerne la question de la remise en cause de la liberté d’installation c’est tout simplement contre productif, du moins au sens où l’entendent « les gens ». Dire aux internes « Vous cinq là-bas, faites vos bagages, vous partez à tel endroit » aurait pour conséquence d’inciter au salariat ou à des changements d’orientation. Après il est vrai qu’on peut réfléchir à une obligation d’exercer dans la région de l’internat ou autre, mais de façon concertée et annoncé au début de l’internat, le changement de règle en cours de partie étant inacceptable.

« C’est à cause de la féminisation de la médecine qu’il y a des problèmes de démographie médicale, de toute façon elles veulent faire 35 heures! « 

Les amphithéâtres de médecine sont composés à environ 70% de femmes, c’est un fait. Et c’est un fait également de dire que les femmes font des enfants. Mais dire que cet état de fait explique les désert médicaux est inexact, en plus d’être stigmatisant pour mes consoeurs. Bien sûr les femmes ne veulent pas travailler 90 heures par semaine, être de garde un jour sur quatre et un week-end sur deux… mais la plupart des hommes de la nouvelle génération (et de plus en plus de l’ancienne) non plus! Ce n’est pas un problème homme/femme mais tout simplement un problème de génération. Comment vouloir travailler 12 heures par jour 6 jours sur 7 quand depuis des années les salariés bénéficient des 35 heures et des RTT? Comment être épanoui personnellement et professionnellement quand on n’a ni vie de famille ni loisirs? C’est terminé! On veut voir nos enfants, nos conjoints, avoir des activités, simplement, comme les patients qui viennent nous voir. (3)

« De toutes façons, ils ne veulent aller que sur la Côte d’Azur ou en région parisienne »

Encore une fois ce n’est pas vrai. Nous sommes beaucoup à vouloir travailler dans des zones rurales mais il n’est pas possible de demander à un médecin d’aller tout seul là où même l’Etat a démissionné! On ne doit plus s’attendre à voir un médecin débarquer seul dans un village sans bureau de Poste, sans écoles ou commerces, même si cela entraîne l’ire des maires des villages concernés. Etre isolé comme médecin amène à être dérangeable 24h/24 7j/7, à ne pas avoir de spécialiste ou d’hôpital à une distance acceptable… Il faut de plus penser au conjoint qui doit trouver un emploi, car le statut précaire d’épouse secrétaire a vécu. Et il n’est pas aberrent  de vouloir pour soi et ses enfants des écoles, des installations sportives ou culturelles… à moins de deux heures de route. (4)

De toute façon il n’y a pas de zones sur dotées, ou peu. Il y a des zones bien dotées, et d’autres qui sont sous dotées. Un médecin n’ira pas s’installer là où il n’aura pas de travail, il faut être raisonnable. Mais toujours parler des campagnes est réducteur, certaines grandes villes et leurs banlieues sont aussi en manque de médecin avec des déserts qui apparaissent, en région parisienne notamment. Et les raisons sont les même, là où les services partent les médecins partent, ou ne viennent pas.

« De mon temps, le médecin il venait quand on l’appelait, on pouvait le voir tout le temps, c’est pas comme maintenant! »

Pour quel résultat… Les médecins généralistes qui ont passé la cinquantaine sont sur les rotules, au bord du burn-out. Ils bossaient tous les jours, et les nuits, 12 à 15 heures par jour. Mais beaucoup de ces médecins ont soit baissé le pied (au prix du mécontentement des patients…) ou soit dévissé leur plaque (ou sont morts, et oui). Certains continuent bien sûr, car la pression des patients est forte, comme le sens du devoir.

Mais là encore, c’est terminé! On tente autant que possible d’éduquer les patients, de programmer ce qui n’est pas de l’urgent, de proposer de voir le médecin de garde ou le remplaçant si le patient doit consulter à un moment où on ne peut le voir, de faire accepter une amplitude horaire qui ne soit pas 8h-22h etc. Mais c’est très dur! Le patient est souvent ambivalent, tantôt il comprend « vous avez raison docteur de prendre du temps pour vous », tantôt non « il est jamais là quand on a besoin » « c’est encore le remplaçant » « S’il vous plait, à 21 heures ce soir, j’ai ce dossier à remplir » 

Ce n’est pas toujours facile pour les jeunes médecins que nous sommes de faire respecter cette envie et ce besoin d’exercer autrement, et c’est vrai que c’est plus aisé de le faire dans un cabinet de groupe (ou proche d’autre médecins) que seul dans son coin. C’est aussi un frein à l’installation. C’est aussi une des raisons qui amène des collègues à se salarier à l’hôpital, en PMI ou autre.

« Avec les sous qu’ils ont ils devraient être contents! »

Le médecin généraliste gagne bien sa vie. Il n’est pas « blindé », enfin pas la plupart, mais on doit être lucide et admettre qu’à la fin du mois c’est plus agréable que pour un chômeur, un temps partiel précaire ou un employé au SMIC. Mais « les gens » qui crient au nantis, au bourgeois, ne voient pas la réalité. L’une des choses qui m’énerve le plus (il y en a beaucoup) c’est de lire des articles sur le net avec toujours les même « trolls » (comprenez un commentateur de mauvaise fois ou haineux) qui nous multiplient 23€ avec le nombre de consultations mensuelles, ce qui donne des salaires exubérants. Car sans faire pleurer dans les chaumières (encore une fois ce n’est pas une lamentation mais une explication), il faut savoir que le généraliste ( comme les autres libéraux) doit déduire de ses honoraires des cotisations en tout genre, les frais du cabinet, salaire de secrétaire… Lors d’un arrêt de travail le délai de carence est de 90 jours, il n’y a pas de congés payés, la caisse de retraite est au bord de l’implosion. Les conditions autour de la maternité des femmes médecins sont peu avantageuses.

Tout cela incite nombre de collègues comme je l’ai dit plus haut, à se diriger vers le salariat: une fiche de paie à la fin du mois donc pas de comptabilité à faire, des RTT, des congés payés, arrêts de travail et maternité mieux couverts, horaires fixes le plus souvent. On ne pourra attirer vraiment les gens en médecine générale et donc libérale qu’en sécurisant son exercice et en allégeant les contraintes. Mais à ce moment là est-ce toujours du libéral? Vaste débat. D’ailleurs la question du statut libéral du généraliste se pose, mais je n’ai pas le recul et le savoir suffisants pour en parler de façon éclairée.

Voilà. Un billet fourre-tout, présentant des imprécisions car toutes mes pensées ne sont pas claires sur le sujet et sont en cours de maturation. Et surtout un billet qui fait écho à beaucoup d’autres que j’ai lu récemment ou il y a longtemps, je vous laisse les consulter pour continuer la réflexion!

1) Référence à une discussion récente avec ma consoeur de l’Est @DocArnica 🙂

2)  Les sous c’est pas la solution et 4) Gratuit de la géniale Gélule

3) La vie c’est le (tré) pied! sur le blog de l’im-pec-cable Matthieu Calafiore

Et si ce n’est pas encore fait allez lire le texte des « 24 médecins blogueurs »!!

Navigation dans un article

12 réflexions sur “Les gens.

  1. Voici un texte qui avait été écrit par plusieurs twittos il y a un an et demi qui résonne bien avec ce que tu dis ici : https://sites.google.com/site/reponseaumonde/
    Comme quoi en un an et demi on en est toujours au même point… un poil déprimant… 😦

  2. Le , Un Druide a dit:

    Je l’avais oublié celui-là mais je me rappelle l’avoir trouvé très pertinent à l’époque. Et non rien ne change. Quand on voit le silence de la ministre depuis le « texte des 24 », comme le relevait récemment @Matt_Calafiore sur Twitter, on reste perplexe. Rien de concret n’a encore été proposé pour améliorer la situation des généralistes depuis sa prise de fonction. Allez gardons espoir!
    Merci pour le commentaire et le lien.

    • Bon, vous n’avez pas tort. Mais dire que les médecins veulent aller vers le salariat, c’est oublier que les postes de Médecins inspecteurs de la santé, de médecins de PMI, de médecins de l’ARS, de médecins des conseils généraux, de médecins conseils, personne n’en veut parce qu’ils sont relativement mal payés mais parce qu’ils sont le plus souvent inintéressants.
      Personne ne veut faire de médecine générale parce que c’est difficile, non en raison des horaires, non en raison des contraintes, mais parce que la médecine générale, c’est la « vraie » médecine. Tout le monde voudrait poser des stents qui sauvent des vies mais est-ce de la « vraie » médecine ? Je fais partie de l’ancienne génération, 33 ans d’exercice, et je ne regrette rien. Et ceux qui pensent, les djeunes, que je suis un béni oui oui du « vieux » monde devraient lire mon blog : http://docteurdu16.blogspot.fr/
      Il n’y a pas que les étudiants en médecine qui rechignent, les plombiers, les OS, l’Europe est en train de basculer dans les poubelles de l’histoire et c’est bien triste.

  3. Le , Un Druide a dit:

    C’est vrai que les postes salariés les plus courus sont ceux en CH (services de médecine, somaticien en psychiatrie), parfois faisant suite a des DESC (urgences, gériatrie…). Bien sûr je ne dit pas que tout le monde veut partir dans le salariat mais le libéral peut être source de craintes sorti du cocon hospitalier, même si le salariat à ces contraintes propres qui peuvent être « repoussantes ».
    D’ailleurs à ce sujet lire le billet de genoudesalpages : http://genoudesalpages.blogspot.fr/2012/08/alors-que-rien-se-semble-pouvoir.html
    Il nous raconte son voyage entre le libéral et le salariat: a lire++.
    Merci pour le commentaire, et effectivement j’invite les lecteurs de ce billet à vous retrouver ici: http://docteurdu16.blogspot.fr/
    (NB: qui dans la salle osera dire a docteurdu16 que c’est un béni oui oui?)

  4. Le , AnSo1359 a dit:

    Je suis interne de médecine générale, je suis contente et çà réconforte de lire ce genre de billet. On est souvent mal compris par les politiques, les patients. Et moi même, j’hésite entre une installation en libérale et une activité de salariée qui apporte moins de contraintes. Tous les points soulevés sont justes. C’est pour cela que je soutiens à 200% la Médecine Générale 2.0 et espère que le projet aboutira. Je milite pour l’épanouissement tré-pied !!!

    • Le , Un Druide a dit:

      Merci de m’avoir lu et pour le commentaire. Les blogs (et twitter^^) ont cette vertu de relier des professionnels qui sont normalement voués a l’isolement. Au plaisir d’echanger à nouveau!

  5. nous sommes nombreux à exposer ces problèmes en mettant en lumière un aspect ou l’autre …ton billet s’ajoute aux précédents
    j’ai tellement fait de billets sur les honoraires, sur les déserts, les délais chez l’ophtalmo que je n’ose les énumérer et j’aime lire ce que les autres écrivent sur le sujet
    néanmoins, rien ne bouge ou à peine et ça fait ch…

    • Le , Un Druide a dit:

      En effet on écrit tous sur les même sujets mais avec des angles et des visions différentes. Et c’est toujours un plaisir de te lire également. Continuons tous dans notre coin! Au plaisir!

  6. Ca me « rassure » de lire ces mots de la plume d’un homme, tu n’imagines pas!
    Je me sens toujours « tire au flanc » de vouloir travailler à temps partiel, de ne pas être joignable tout le temps, de garder du temps pour mes enfants… La pression des patients est forte…
    Et finalement ça doit être encore plus dur à faire passer quand on est un homme: un femme a cette excuse d’être une femme!!
    En tout cas, je crois que « les gens » vont devoir s’y faire… La nouvelle génération de médecins va faire changer les choses… C’est forcé… Non?!

  7. Le , Un Druide a dit:

    On est beaucoup à ressentir la même chose: soit on bosse comme des ânes, les patients sont contents mais nous ne sommes pas sereins, soit on allège nos horaires mais on se sent mal de ne pas être totalement disponible. La solution est un changement collectif, comme tu le dis, et les patients devront s’adapter un peu.

  8. J’ai honte quand je te lis… J’ai honte parce que j’ai fait mes études sur le dos du contribuable justement et tu sais quoi? J’ai été payée pour faire mes études… Si si pour de vrai, dès le début même… et en plus j’étais logée, nourrie, blanchie et habillée… Nous on nous dit rien… Vous on vous fait montrer les doigts et on vous tape dessus avec la règle. Ca fait mal et c’est injuste….

    • Le , Un Druide a dit:

      Il ne faut pas avoir honte! Chaque formation a ses avantages et ses inconvénients. Tu es nourrie logée payée mais mobilisable à tout moment. Et ceux qui nous montrent du doigt, et bien je les invite à se le mettre quelque part!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :