Un Druide.

Médecine générale en terres bretonnes.

Pilule.

Ca y est, c’est reparti. Les médecins, ces salauds, ont encore empoisonné la population. Et grâce aux journalistes toujours sur le front de l’information on apprend aujourd’hui que les pilules de 3ème et 4ème génération présentent des risques pour la santé. Merci à eux.

Cette histoire de pilule est semblable à toutes les pseudo révélations grand public qui font les choux gras de la presse et permettent aux autorités de se brosser.

D’abord une poignée de scientifiques, puis des « relayeurs » d’information médecins ou autres parlent d’un problème posé par un traitement ou une pratique (Médiator, nouveaux antidiabétiques, vaccinations, dépistage de cancers, pilule…); des informations circulent dans des blogs, sont publiées dans des revues comme Prescrire etc.

Ensuite levée de boucliers des spécialistes et experts de tout poil, voire des firmes pharmaceutiques elles même, pour défendre la molécule ou la pratique remise en cause. Il n’y a qu’à relire les écrits des partisans du dépistage du cancer de la prostate, ou les recommandations sur la prise en charge du diabète de type 2 abrogées depuis. Les « lanceurs d’alerte » sont traînés dans la boue, méprisés, marginalisés et très peu audibles de la population faute de relais d’information.

Pendant ce temps les autorités (HAS ANSM Ministère…) jettent un oeil distrait sur le sujet, en évitant de froisser les puissants lobbies politiques ou financiers, et laissent faire.

Arrive un fait divers, un procès, un effet indésirable grave ou autre, amenant avec lui des caméras, des journalistes, qui découvrent 5, 10 ou 15 ans après un problème longtemps connu mais relayé ni par les autorités ni par eux même. Commencent alors les reportages, articles dans les journaux, interviews. On donne (enfin) la parole à ceux qui depuis des années exprimaient des réserves ou des craintes sur des traitements.

Mais là où ça me met hors de moi, c’est de voir tout à coup des hordes de commentateurs taper sur une profession dans son ensemble, en lapidant ces irresponsables médecins (souvent généralistes tant qu’à faire) alors que pendant des années rien n’a été fait pour éviter ces problèmes.

La ministre actuelle et ses prédécesseurs, sur le sujet de la pilule en particulier, ont tout fait pour la diffuser à grande échelle, en favorisant sa délivrance, en la banalisant ainsi.

Les journalistes qui aujourd’hui se font du médecin doivent être les même qui hier regrettaient la fin du remboursement prochain des pilules de 3ème génération.

Et les patients ne sont pas non plus exempts de responsabilité. Si on fouette les médecins sur la place publique (ce qui est mérité parfois), je pense qu’il faut avoir le courage de temps en temps de dire aux patients que leur double discours est parfois déstabilisant pour ne pas dire malhonnête.

Les patients arrivent parfois avec des idées bien arrêtées, des demandes très fortes. Tout le monde est d’accord que les antibiotiques c’est pas automatique, sauf que « oui mais MOI docteur, y’a que ça qui me soigne ma bronchite ». Je n’ai pas connu la période pré Médiator, mais j’imagine bien que certains patients suppliaient leur médecin pour avoir le médicament qui fait maigrir. Pour la pilule c’est pareil. Les demandes pour telle ou telle pilule contre l’acné ou autre sont fréquentes (enfin l’étaient) et malgré l’information donnée il est parfois difficile de convaincre.

Toujours est-il que nous sommes sauvés, M. Maraninchi le DG de l’ANSM a décidé de réserver la prescription des 3G et 4G à certains spécialistes… A qui? Aux gynécos? Aux dermatos? Mais ce sont déjà eux qui en sont les grands prescripteurs. Quelle blague, quelle supercherie!

Je me rappelle avoir entendu des gynécos, à l’hôpital, dire « tiens minidril, la pilule des généralistes » concernant la contraception d’une patiente, donc il vont avoir LEURS pilules 3G et 4G à eux, ils doivent être satisfaits.

En tout cas cette histoire aura une implication bénéfique pour nos consultations futures: il sera inutile de débattre des heures pour refuser une Diane ou une Jasmine, le battage médiatique va tellement effrayer les patientes… (avec le risque, a l’inverse, de voir des patientes craindre toute pilule a l’avenir ou arrêter des pilules en cours)

Allez, maintenant il n’y a plus qu’à attendre le prochain AVC sous pseudoéphédrine contenu dans un médicament pour le rhume pour avoir de nouvelles envolées journalistiques.

Pour terminer ce billet d’humeur qui ne présente aucune référence et ne ressemble en rien à un texte médical, je vous invite à lire les billets des excellents @docdu16 ou D. Dupagne sur leurs blogs respectifs. Depuis bien longtemps ils parlent du risque des pilules de 3ème et 4ème génération.

Navigation dans un article

21 réflexions sur “Pilule.

  1. Bête question, mais vous tendez à refuser la Diane et la Jasmine en général?
    Et je me demandais, moi je suis sous nuvaring depuis 3 ans, je risque de faire un AVC? Je pensais (peut-être naïvement), qu’une fois que mon corps s’habituait au truc, je pouvais être plus ou moins tranquille (= risque plus élevé au début car on sait pas si la patiente va supporter?).

    • Le , Un Druide a dit:

      C’est très délicat de parler de cas individuels sur un blog. Mieux vaut en parler à votre médecin et réévaluer le risque (âge, tabac…). Désolé.

  2. Bonjour, complètement d’accord.

    Mais je me permets juste de rappeler que les sages-femmes sont également prescriptrices de contraceptifs. Nous aussi, comme les généralistes, sommes visées par ce cher môssieur Maraninchi. Autant dire que nous ne sommes pourtant pas celles qui prescrivent le plus de CO de 3ème et 4ème générations…mais nous devons certainement ne pas être assez compétentes pour le faire, néanmoins.

    Par ailleurs, personne ne parle de cet arrêté de 2010 de la merveilleuse loi HPST selon lequel les infirmiers sont autorisés à renouveler la prescription de CO, y compris ceux incriminés.

    • Le , Un Druide a dit:

      Je lis des commentaires de Sage Femmes sur Twitter qui disent exactement ce que vous dites. Attendons de voir ce que vont donner les nouvelles dispositions. Merci pour ce commentaire.

  3. La décision de l’ANSM de réserver la prescription aux spécialistes des 3g et 4g est bizarre : ce sont déjà eux qui la prescrivent trop si on en croit la presse.

    Et il y a des tas de femmes pour lesquelles cette prescription est satisfaisante.

    En tant que citoyenne lambda, mon souhait est que tous les professionnels de santé soient mieux formés / informés, à la connaissance des produits, à l’écoute des patientes et surtout moins dépendants des labos.

    Les témoignages des femmes disent quand même un certain acharnement à se voir prescrire la pilule sans autre alternative, et sans beaucoup d’explications, alors que bien d’autres moyens de contraception existent
    Cf http://www.choisirsacontraception.fr/

    • Le , Un Druide a dit:

      C’est vrai. A titre personnel je ne suis pas a l’aise dans les différents contraceptifs. Les connaissances théoriques et la pratique sont différents d’un médecin a un autre. Il y a du travail!

  4. Merci pour votre réaction sur ce sujet qui touche et surement angoisse bcp de femmes comme moi en ce moment . Mais j’avoue que votre billet donne surtout une impression de volonté de se dédouanner, de « c’est pas nous d’abord » plutôt que d’explication. On doit faire quoi, nous? On doit croire qui nous?

    Ma dermato m’a prescrit diane35 pour traiter l’acné après echec des crèmes et antibio, en me posant 2-3 questions sur mes antécédents familiaux, en me faisant faire des analyses et en me recommandant de ne pas l’utiliser comme pilule contraceptive. Aucune mention des éventuels effets secondaires pas mortels mais qui peuvent être génant au quotidien (libido en baisse, prise de poids etc). Bon. Pour moi tt s’est plutot bien passé, acné atténuée et pas d’effets secondaires génants.

    1 an après, visite pour 1 vaccin chez ma très sympathique méd gé, j’en profite pour lui demander s’il est possible de me faire une ordonnance de Diane35 et si elle peut me conseiller 1 moyen de contraception. Moi : vous me conseillerez quoi entre DIU., implant, patch, ou pt être une autre pilule?
    – Elle (gazouillant de sa voix douce et confiante de personne qui a fait bcp d’études): oh mais Diane35 ça va vous suffire amplement, ça fait contraception et ça va traiter votre acné! Pas besoin de s’embêter avec un patch ou un implant…et le STERILET [utilise le mot qui fait peur] c’est plutôt pour les femmes qui ont déjà eu des bébés hein!

    – Moi [qui a lu la notice et 2-3 bricoles sur internet avant de venir mais bon, elle en sait plus que moi cette doc qui a un bac + 10 et qui m’a fait mon vaccin sans même me faire mal, hein?] : euh…ah bon?

    – Elle (avec un grand sourire rassurant comme celui qu’elle m’a fait avt de me vacciner en voyant que je pétais de trouille devant sa seringue même si j’ai 24 ans) mais oui! N’oubliez pas de la prendre à heures fixes!

    Et voilà. Sauf que bon depuis j’ai découvert le site de martin winckler, toutes les filles parlent entre elles de leurs pilules, et maintenant cette polémique des pilules 3G4G qui sort dans le médias et les réactions de médecins comme la votre. Je pense que bcp comme moi sont saisies par le désarroi et la colère devant tout ça.
    A qui peut on faire confiance sur ces sujets?

    – A M Winckler? : demander à ma généraliste de se renseigner un peu mieux sur les méthodes de contraception, lui imprimer le protocole pour insérer un DIU a des nullipares, lui expliquer en quoi elle se trompe d après « ce que j’ai lu sur internet » par rapport à Diane35?

    – A vous? : Finalement oui, de quel droit je remettrais en question les compétences de ma médecin généraliste qui habite dans ma rue, qui soigne ma grippe ou ma gastro, à ma demande me conseille un psy ou un kiné, me rédige des certificats d’aptitude à la natation ou à la vie en collectivité? Enfin zut, qu’est ce que j’ai à venir avec mes  « idées bien arrêtées », mes « demandes très fortes » sur la contraception??

    • Le , Un Druide a dit:

      Commentaire très intéressant, du côté patient. Être très informée ne fait pas de vous une patiente « a forte demande », il y a une différence entre discuter en étant informé et dicter au médecin ses prescriptions. Et je vous rejoins sur les lacunes de certains en matière de contraception (moi le premier) et la « facilité » de prescrire une pilule plutôt qu’un autre contraceptif. Merci pour ce commentaire.

  5. « En tant que citoyenne lambda, mon souhait est que tous les professionnels de santé soient mieux formés / informés, à la connaissance des produits, à l’écoute des patientes et surtout moins dépendants des labos. »

    Et que les médecins soient formés correctement aux statistiques (Bayes mon amûr). Et que les labos ne puissent pas sortir de médicaments n’importe comment sans recherches indépendantes juste parce que « leurs propres recherches » semblent montrer avec un seuil de significativité minable que si, si, c’est tout bénef… (pour eux la plupart du temps).

    En gros le souhait d’un monde quasi-impossible pour le moment.

    • Le , Un Druide a dit:

      Je ne peux qu’être d’accord, avec un bémol sur l’apprentissage de la Lecture Critique d’Articles médicaux enseignée depuis quelques années (enfin quand j’ai passé le concours de l’internat en 2009 j’avais eu une formation lamentable en LCA). Des efforts sont a faire pour être capables de lire des études de façon éclairée.

      • Peut-être qu’il ne faut pas tout attendre d’un cours magistral, mais beaucoup lire et échanger entre praticiens d’horizons divers via association ou syndicat ?
        Pas facile de tout concilier, mais je ne crois pas qu’il y ait d’autre moyen de progresser en toute indépendance.

      • Le , Un Druide a dit:

        Tout a fait, c’est ce que je fais! Mais les lectures sur le sujet ne remplacent pas un stage en gyneco. Ayant fait 6 mois en pédiatrie je n’ai pu faire de gyneco. Je continue de m’informer au mieux.

  6. Au-delà du scandale médiatique – si ce n’est sanitaire – je trouve que toute cette affaire est tout de même révélatrice de la maltraitance ordinaire exercée sur les femmes par les médecins, gynécologues en tête. Et c’est pourquoi elle suscite une colère parfaitement justifiée chez les utilisatrices de ces pilules de 3ème et de 4ème génération. En effet, c’est là qu’on prend conscience d’un grave déficit au niveau de la transmission de l’information – celle-là même qui devrait normalement être dispensée par ces médecins – ainsi que de l’absence de choix véritable en matière de contraception, quand on sait que les pilules sont prescrites comme des bonbons, tandis que d’autres formes de contraception ne sont même pas proposées, du fait du conservatisme (concernant la réticence à prescrire un DIU aux nullipares notamment), voire même de l’ignorance de trop nombreux de vos confrères (au sujet du diaphragme ou de l’anneau vaginal, pour ne citer qu’eux)…

  7. Heuu… faudrait pas oublier que les victimes, dans cette affaire, ce sont des femmes, pas les médecins. Parce qu’il y a un côté « tous coupables, sauf les médecins » dans votre billet qui me déplaît un peu. Sur le même sujet, je trouve que cet article de Martin Winckler (eh ouais, encore lui…) est beaucoup plus pertinent (http://leplus.nouvelobs.com/contribution/752512-pilule-de-3e-generation-certains-specialistes-francais-doivent-apprendre-l-humilite.html ): lui ne réagit pas par réflexe corporatiste et n’hésite pas à enfreindre la sacro-sainte règle de confraternité pour chier sur la gueule des médecins qui sont plus maltraitants que soignants en se plaçant résolument du côté des femmes.
    Enfin, si vous n’êtes vraiment pas au point question contraception, il n’est jamais trop tard pour parfaire vos connaissances: http://www.choisirsacontraception.fr/. A moins que ces questions vous emmerdent, comme beaucoup de vos collègues…

    • Le , Un Druide a dit:

      La contraception ne m’emmerde pas (je reprends vos propos) mais j’ai l’honnêteté et l’humilité de dire que je ne maîtrise pas, comme beaucoup de sujets (on ne peut tout savoir). Dire que les victimes sont les patientes va de soi, je n’ai pas dit le contraire. Ça m’emmerde juste qu’on tombe droit sur les médecins tout a coup alors que ces risques sont connus. Quand à Winckler, saint Martin, c’est l’homme parfait…

  8. Le , la petite coco a dit:

    Ce débat est complètement biaisé puisque toutes les pilules sont à risque de thrombose. On se prend le chou sur un risque un peu plus important (mais existant certes) des 3e et 4eG alors que LE facteur de risque de thrombose avec n’importe quelle pilule est LE TABAC ++++++. risque x2 avec les 3e et 4eG contre risque x 10 avec le tabac. Mais quand on commence à dire qu’il faudrait interdire la prescription d’une contraception chez une femme qui fume, c’est tout de suite le scandale, comment un médecin peut-il décider de priver les femmes d’un moyen d’émancipation patati et patata toutes les féministes se lèvent (pas pour Danette hein ! ok je sors) et sortent tous leurs arguments habituels, sans compter les instances médicales etc. La société française marche sur la tête, les Français sont des moutons, les journalistes sont à la botte du gouvernement et véhiculent les infos comme des pantins : annoncer que les pilules de 3e et 4eG seront dé remboursées à partir de maintenant alors qu’elles sont déjà non remboursées, n’est ce pas la preuve d’une désinformation de 1ere classe ? Sans compter qu’aucun média n’a rappelé qu’il y a qq mois on voulait distribuer les pilules dans les lycées comme des bonbons à des ados qui ne connaissent pas leurs antécédents familiaux pour la moitié d’entre eux ou qui sont prêtes à faire occulter ces éléments pour avoir une pilule à tout prix. Virage à 180 degrés ! Non vraiment ce débat est encore très mal relayé par les médias, et ca me fout les ch’tons car je me dis que ça doit être du même acabit pour les autres sujets que je ne maitrise pas.

    • Le , Un Druide a dit:

      On passe pour des sectaires ou des maltraitants si on veut interdire quelque chose. Et si tu interdis la pilule aux fumeuses, il suffira de dire au médecin qu’on ne fume pas pour avoir la pilule…

  9. Les médias comme toujours… Ca parle beaucoup pour dire des c******** (bon faut jouer au pendu là…)
    Cela dit, ça m’a gentiment rappelé qu’il fallait que j’aille voir un gynéco. Pour le reste du débat, tout était écrit dans ma notice de ma pilule comme le port-salut + supers explications de mon gynéco sur les risques et les facteurs de risques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :