Un Druide.

Médecine générale en terres bretonnes.

Fièvre.

« Et vous avez de la température? »  « Et il a de la fièvre? »

Encore et toujours la même question, tout au long de la journée et de la semaine. Surtout en cette période toujours hivernale en terme de rhumologie, nez-qui-coulogie, je-me-vide-par-les-deux-boutologie et autre mais-ça-me-gratte-très-fort-la-gorgeologie.

Cette question simple, à première vue, ne l’est absolument pas. Une étude monocentrique ouverte non randomisée a eu lieu récemment dans un cabinet de médecine générale breton. Certes elle présente de nombreux biais, mais bon, je ne vais quand même pas me dénoncer.

Sur 40 patients vus dans la journée, une bonne moitié de pathologies rhumologiques diverses. Sur cette vingtaine de patients, seuls cinq patients ( ou parents de patients) ont pu me donner la température du malade. Après des statistiques très compliquées, par une loi du khi2, on obtient un taux de 25% de patients qui connaissent leur température.

Cette question est primordiale pour nous médecins. Elle permet rapidement d’orienter notre diagnostic et donc notre prise en charge.

Je suis très étonné de voir que les patients et les parents de patients ne prennent pas leur température, voire n’ont pas de thermomètre.

Au départ cela m’agaçait, car c’est me priver d’une information importante.

Mais aujourd’hui je suis presque (presque, hein, faut pas déconner) amusé par les réponses que je reçois à cette simple question concernant la température, et plus globalement sur les phrases entendues en rapport avec la fièvre.

Voici quelques catégories de réponse:

Les malchanceux : « Oh vous savez, j’ai voulu la prendre, j’ai essayé hein, mais mon thermomètre vient de rendre l’âme! » ou alors une variante (des fois ça doit être vrai, des fois) « Oh ben pas moyen de mettre la main sur mon thermomètre, je sais pas où j’ai bien pu le mettre » (ton chien l’a mangé?)

Les thermo-maman-mètres: le classique « oh je crois pas qu’elle en a de la fièvre » en mettant la main sur le front ; « quand elle a les joues rouges c’est qu’elle fait 40! »

Les « bien tenté quand-même »: « J’ai eu de la fièvre » – « Ah bon combien » – « Euh dans les 39! » –  « Mouais… » ;  » Oui j’ai eu de la fièvre, je sais plus combien mais oui » ; et dans le désordre les « j’étais fiévreux » « j’ai eu chaud » « j’ai transpiré » « j’étais bizarre » « j’ai sué »… synonymes de fièvre.

Les sans-fièvre: « Nan mais elle fait jamais de fièvre ma fille » ;  » Ah mais 37.5 pour elle c’est de la température! »

Les automédiqués: « J’ai commencé le Clamoxyl qu’on m’a donné la dernière fois pour faire baisser la fièvre » (oui mais non)

Les non médiqués: « J’ai pas pris de doliprane docteur, pour vous montrer ma fièvre » (promis on voit croit si vous nous le dites!)

Les parents maudits: « elle ME fait ENCORE de la fièvre! »

Et le meilleur de tous: « Sa fièvre? C’est normal, c’est les dents! »

Bon, la prochaine fois, prenez-là!

Navigation dans un article

18 réflexions sur “Fièvre.

  1. Le , baptoub a dit:

    Lors de mon semestre en Pédiatrie, on nous avait appris, à propos de la main sur le front ou de toute autre mèthode subjective de prise de température, que lorsqu’une maman disait « mon enfant n’a pas de fièvre » alors il n’en avait pas. En revanche lorsqu’elle affirmait qu’il y avait de la fièvre, la vérification objective donnait une probabilité de 50% de « vraie » fièvre.
    Je n’ai jamais cherché l’étude en question. Si quelqu’un est motivé 🙂

  2. Le , Docteurmilie a dit:

    Même si ça m énerve fort,je dois avouer que quand même en general,les mamans ont raison!
    Pour ceux qui m énervent avec leur fièvre , je leur prend la température avec mon thermomètre qui est tombé et donc qui est cassé et qui trouve 36,5 à tout le monde,et je leur dis « Non vous n avez pas de fièvre » Na! #Fourbe

    • Ah ça, c’est clair qu’on a nos responsabilités dans cette mythologie. Faut dire, ça nous arrangeait quand même pas mal de :
      1/ pouvoir mettre une cause sur une fièvre
      2/ qui plus est une cause bénigne
      3/ et susceptible d’être recyclée à l’envie, du moins tant qu’il reste des dents à pousser.
      En tout cas, plus facile que d’annoncer aux parents qu’on ne sait pas vraiment pourquoi la fièvre est là, qu’à part attendre que ça passe, ou comment ça se passe, il n’y a pas grand chose à faire, merci madame, 28 euros, si vous voulez je peux vous faire une ordonnance de doliprane pour faire passer la pilule.

  3. Le , Céline a dit:

    L’avant dernier médecin que j’ai vu m’a dit que la fièvre de ma fille était du au fait qu’elle fasse ses dents. Donc il ne faut pas vous étonner en retour que les patients le disent…

    • Le , Un Druide a dit:

      Je suis bien d’accord, ce sont des médecins qui donnent des explications fumeuses au lieu d’expliquer que ça vient d’un quelconque virus et que ça va passer.

  4. Le , Lazuli66 a dit:

    En tant que véto, j’ai les mêmes : elle a de la fièvre, votre vache ? Oui. Combien ? Oh je lui ai pas pris, mais elle a (au choix) les oreilles en bas/ les oreilles froides/ le nez sec/ les cornes froides (pour les rares qui ont encore des cornes).:)

  5. Le , mounblue a dit:

    j’avoue que j’ai jamais compris pourquoi les parents ne prenaient pas le peine de verifier la temperature de leur bambin… Et pourquoi l’excuse des dents ressort toujours à un moment ou un autre de la consultation. J’avoue aussi que c’est pratique comme motif quand on veut s’eviter tout le discours habituel sur les viroses qui guerissent quoi qu’on fasse!
    ça pourrait être le sujet d’une thèse non? ; )

  6. J’ai beaucoup râlé aussi, surtout quand j’étais en pédiatrie, réveillée à 3h du matin après 15 minutes de sommeil bien mérité, pour « fièvre qui n’a pas été prise »…
    Ceci dit, personnellement, je vois quand mes gamines ont de la fièvre… Bon, OK, je vérifie… Mais j’ai rarement faux! Et moi pareil, les rares fois où j’en ai, je le sais aussi!
    Et puis je dis toujours aux patients que « l’intensité de la fièvre n’est pas liée à la gravité de la maladie » (pour ceux qui sont en panique parce que leur progéniture a 40° VIRGULE 5… mais que c’est quand même une rhino et que quand même il n’y a rien à faire de plus)
    Alors du coup ptêt qu’ils pensent que ça sert à rien de la prendre!…
    Enfin bon, toujours est-il qu’effectivement, les problèmes divers liés à la fièvre nous occupent beaucoup, nous autres toubibs!

    • Le , Un Druide a dit:

      Je dois être psychorigide alors. Mais chez les gosses ça me gêne vraiment. Une fievre de 24 heures ou de 5 jours ça change!

      • Je fais confiance aux parents aussi : s’ils me disent « je l’ai pas prise mais depuis samedi elle a de la fièvre » je fais comme si elle avait effectivement de la fièvre.

        En tant que maman je repère également quand ma fille a de la fièvre sans la prendre systématiquement… ceci dit si je devais consulter pour elle, je prendrais quand même sa température pour savoir quoi dire…

        Je rejoins Kalindea : l’important c’est fièvre ou pas, que ça soit 38,3 ou 40,1 ne change pas grand chose à l’attitude diagnostique ou thérapeutique… on voit des rhino à 40 et de pyelo à 37,7… Par contre oui je suis d’accord avec toi : la durée de la fièvre, c’est important.

      • Le , docteurgece a dit:

        (je sais pas pourquoi je peux pas répondre à Docmamz…)
        Bref, on finit quand-même par être un peu embêté quand les parents nous disent : ça fait quatre jours qu’il a de la fièvre (parce qu’il a les joues rouges quand il se réveille de la sieste) parce que la conduite à tenir n’est pas la même quand ça fait 24 ou 96h… parce que ça me fait chier de faire faire une prise de sang ou une RP à un enfant qui en fait n’était fébrile que depuis le jour-même… 😦
        Même si je rejoins les mamans sur le « je reconnais quand mon enfant a de la fièvre » : ça permet de savoir quand la prendre. Et pour le coup, j’ai plein de prises de température main sur le front au cabinet où on me dit que le petit a de la fièvre et où au contrôle thermomètre il a 37,6…
        Enfin, je suis entièrement d’accord qu’il faut par contre relayer l’info +++ que ça n’est pas l’intensité de la fièvre l’important mais 1) son existence (plus ou moins de 38) et 2) sa tolérance. D’ailleurs, ça prend BEAUCOUP de temps d’expliquer au téléphone que consulter parce que « mon fils a de la fièvre » ça n’est pas utile. Que ce qui est important c’est comment il va, si il est comme d’habitude…. bref, je m’égare!

  7. Il faut que je songe a acheter un thermomètre alors. Merci pour ce rappel 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :