Un Druide.

Médecine générale en terres bretonnes.

Et alors, tu vas t’installer où?

C’est LA question qu’on me pose souvent en tant que médecin remplaçant. Que ce soit la famille, les collègues, les amis, les patients, chacun avec un intérêt différent: la famille pour savoir si je vais être loin d’eux, les amis par intérêt pour mon avenir, les médecins que je remplace pour tâter le terrain et voir si je ne pourrais pas m’associer avec eux ou leur succéder, et les patients et bien y’a ceux qui m’aiment bien qui aimeraient que je m’installe chez eux, et ceux qui ne m’aiment pas qui voudraient que je parte très loin (et bien sûr il y en a qui posent la question de façon rhétorique se fichant bien de la réponse)

Cette question, bien qu’importante, me paraît bien secondaire. Car pour moi la question n’est pas OU on s’installe mais plutôt COMMENT on s’installe.

Dans le « comment on s’installe » j’entends plusieurs éléments:

Le moment déjà. Grande question que de savoir quand on va s’installer. Passons le côté réglementaire de la thèse à soutenir (et à faire, oui bon…). Je veux m’installer assez vite. J’aime les remplacements, il y a un côté plaisant à changer de cabinets de temps en temps, ça fait du changement. Et puis on n’a pas à se soucier des locaux, du matériel (souvenir du billet de Jaddo qui m’a fait la découvrir), des charges à supporter… Les remplacements permettent aussi (et c’est une chance) de ne pas travailler tout le temps, de gérer son temps comme on le veut. Et surtout les patients au sujet desquels on ne comprend rien on attend gentiment le retour du médecin remplacé pour qu’il s’en occupe!

Mais malgré tous ces avantages j’ai vraiment envie de m’installer pas trop tard. Pour la place déjà! Car même si on parle de désert médical, sur mes terres la densité médicale y est encore correcte malgré des disparités, et les promotions d’internes sont de plus en plus importantes, donc des futurs confrères généralistes qui viendront je l’espère nous tenir compagnie! Pour le suivi ensuite. Pouvoir suivre mes patients, prescrire ce que je veux prescrire, ne plus avoir à renouveler des ordonnances où certains traitements ne me plaisent que moyennement. Pour ne plus avoir des patients qui tirent la tronche de ne pas voir Dr Untel mais JUSTE le remplaçant. Pour ne plus travailler avec l’organisation d’un autre mais avec la mienne…

L’élément le plus important à mes yeux est le choix de mes futurs associés. Avant de savoir le lieu, les horaires, les conditions. A quoi bon un superbe cabinet au bord de mer si on ne peut encadrer ses collègues? Peut-on profiter d’un super cabinet quand on le partage avec des associés qui vous ignorent, vous méprisent, ou travaillent complètement différemment de vous? Ou pire remettent en cause ce que vous dites sans en parler avec vous? J’ai vu des patients que je voyais pour un rhume reprendre RDV avec le médecin remplacé le jour de son retour pour que LUI il mette des antibiotiques. J’ai vu des patients vus lors d’un premier remplacement me dire  » La dernière fois vous m’aviez dit que j’avais un lumbago/une contracture du trapèze/une nevralgie cervicobrachiale (au choix) mais Dr Untel il m’a dit que ce n’était pas ça mais des vertèbres déplacées » (celui-là me verra plus, NDLR!) Au fil de mes remplacements je n’ai pas trouvé le cabinet avec les associés qui me donnaient vraiment envie de m’installer, il y a toujours un petit frein qui me dit de ne pas y aller. Et hors de question de bouger d’un pouce sur ce point! La solution qui m’a donc semblé la bonne a été d’imaginer de s’installer avec un ou des médecins que je connais, pour avoir été interne avec eux ou avoir remplacé dans les mêmes endroits. Des médecins que je connais, qui aspirent à la même pratique, qui ont une idée du métier semblable. C’est donc comme ça que j’ai pensé « créer » un nouveau cabinet à plusieurs là où des médecins seuls partent ou bien sont déjà partis.

Une fois trouvé le bon moment et les bons associés, il faut penser au cabinet et son organisation. Après réflexion (et échanges avec @Dr_Foulard) sur achat des murs ou location j’en suis arrivé à la conclusion que la location, si elle est à prix raisonnable (ce qui est le cas en région rurale) est une solution intéressante. D’abord à cause de la situation instable de la médecine générale et l’incertitude de la profession. Comment sera la médecine générale dans 10 ans? Dans 20 ans? Elle existera toujours, sûrement, mais le système libéral tel qu’on le connait, sera-t-il le même? Je n’en sais rien, et je ne veux pas investir dans un cabinet sans garanties. Le côté financier est important également: pas d’endettement en début de carrière. L’absence de prêt permet aussi d’avoir une certaine liberté en cas de volonté de changement de carrière, de maladie ou autre. Même si on se sent une obligation morale envers les patients, l’absence de contrainte foncière facilite un départ. Le confort est aussi dans les travaux, la rénovation, les dégâts des eaux ou autres qui ne sont pas de notre responsabilité mais de celle du propriétaire! Et si le propriétaire est la commune c’est encore mieux. Evidemment certains veulent à tout prix acheter pour investir dans l’immobilier, c’est un choix pour l’avenir, une garantie pour la retraite. Mais je trouve la contrainte trop grande, personnellement, et je fais le choix de la tranquillité plutôt que celui du patrimoine, on ne peut pas tout avoir.

Reste alors à penser à l’organisation du cabinet: une secrétaire, indispensable, pour une meilleure qualité de travail et déléguer un maximum de tâches non médicales. Là encore, cela est un coût non négligeable, mais à plusieurs médecin cela devient rentable en terme d’efficacité et confort. Les consultations : avec ou sans rendez-vous? Définitivement avec! En gardant des créneaux d’urgence, pour parer à l’imprévu, mais les remplacements sans rendez-vous avec des salles d’attentes bondées dès 8h le matin m’ont vacciné à vie! Le tout informatisé, en réseau, pour permettre de voir les patients des uns et des autres en leur absence sans problème.

Le temps de travail doit être propre à chaque praticien, en terme de nombre de jour de travail, d’heures de travail quotidien, de la séquence consultation/visites à domicile, comme la durée d’une consultation. Je ne sais toujours pas si je préfère 15 ou 20 minutes, plutôt 20 mais parfois je change d’avis: a voir! Ce qui est sûr c’est qu’une permanence devra être assurée de 8 heures à 20 heures à tour de rôle, permettant de libérer les autres si besoin.

Une fois tout cela imaginé, la question du lieu peut se poser. La Bretagne, c’est sur. La campagne, aussi. Après il est indispensable de répondre à une demande, de s’assurer de s’installer dans un secteur où on est sur de travailler. Pas la peine de se coller à d’autres médecins, il y a du travail pour nous! Pour ce qui est accès aux spécialistes, notre région a cette chance d’avoir peu de zones très éloignée de CH ou CHU et spécialistes libéraux, donc cet aspect n’est pas trop ma préoccupation.

Voilà, l’installation à laquelle je rêve, en groupe à plusieurs médecins, en location, dans une campagne bretonne, avec mon planning, mes pratiques, mon matériel (je ne parle volontairement pas de l’aménagement du cabinet, qui me semble pour le moment loin et secondaire). Et ce rêve est en passe de se concrétiser. Je ne peux être plus précis pour le moment, mais tous les éléments dont je viens de parler, je pense les avoir trouvé. Ce n’est pas une assurance de réussite, rien n’affirme que tout se passera bien, mais en étant fidèle à mes réflexions et conclusions, je pense déjà partir sur des bases solides qui me permettront de travailler dans de bonnes conditions, pour mes patients, mes associés et moi-même. Et être heureux dans mon travail. Tout simplement.

Vivement!

Publicités

Navigation dans un article

12 réflexions sur “Et alors, tu vas t’installer où?

  1. Le , Cuzn a dit:

    C est un reve qui se realise. Incroyable ! Et en plus ça pourrait faire un sujet de thèse ?

  2. Si l’Ours trouve un poste en Bretagne, j’en suis !

  3. En voilà de belles avancées! Avec autant d’optimisme et de réflexion, il n’y a pas de raisons que cela ne fonctionne pas… J’attends la suite!

  4. Chez moi y a de la belle campagne en veux-tu en voilà, je suis pas trop loin de la mer (30 mn) et, cerise sur le gâteau, je connais une super éduc/auxiliaire de vie au chômage tout à fait disposée à se reconvertir en super secrétaire médicale (en plus elle est vachement sympa, j’ai des témoins) 🙂

  5. Le , phisebal a dit:

    Une belle réflexion et un beau projet en perspective.

    Ici la même réflexion me trotte dans la tête depuis plus d’un an, et le beau projet devrait se concrétiser pour octobre 2013. Presque 5 ans de remplacement, l’impression d’en avoir fait le tour, l’envie de se poser, de prendre en charge les patients comme je le souhaite et de m’organiser comme je l’entends.

    Une installation à 2 (une co-remplaçante d’un cabinet où je remplace très régulièrement, avec qui nous avons la même façon de travailler, la même vision de la prise en charge des patients), avec reprise de la patientèle d’un seul médecin.
    Des locaux en location, avec 2 bureaux (ce qui nous semblait indispensable), un partage des horaires pour une ouverture optimale du cabinet (et une vie privée respectée), des ordinateurs en réseau,que des RDV sur consultation à terme (on garde un peu de sans RDV sur les 3 premiers mois, pour expliquer aux gens), avec des plages d’urgence bien sûr !
    Dans un premier temps une plate forme téléphonique, et dès que possible une secrétaire au moins à temps partiel.
    On espère peut être un jour être plus nombreux, dans des locaux encore mieux adaptés (il nous manque la salle café ;))
    Ce sera en péri-urbain pour nous (car nos conjoints respectifs travaillent dans la « grande ville », mais dans un petit bourg, avec presque que des maisons individuelles, et bien sûr la proximité des spé et CH (et CHU)
    Nous aurons la chance de ne pas être obligées de faire des gardes, situation extrêmement confortable pour nous Mamans. Aucun problème si cela change dans les années à venir, conscientes du problème de la permanence des soins.

    On est entrain de finaliser la SCM, les devis… c’est flippant, mais aussi très excitant.
    Reste à espérer que tout se passera comme prévu.

    Je te souhaite à toi aussi la réalisation optimale de ce beau projet.

  6. Je vois que tu as bien réfléchi à tout ça, et ça donne vraiment un beau projet bien ficelé! J’espère qu’il se concrétisera et te permettra d’exercer dans des conditions qui te conviendront.
    Mes motivations étaient les mêmes que les tiennes quand je me suis installée, et je n’ai jamais regretté ce choix. (si je rêve de dévisser, c’est plus pour des problèmes presque idéologiques de « comment je veux soigner les gens autrement », et notamment sans médicaments… mais c’est une autre problématique)
    Ce qui pêche actuellement chez moi, depuis l’installation, c’est l’association… Ca me pèse, cette relation bancale et hypocrite, autour d’une vision de la médecine fondamentalement différente… Et puis ces rivalités autour des patientèles qui ne me facilitent pas la vie…
    Ceci dit, créer avec des amis m’avait traversé l’esprit, mais j’avais le pressentiment que c’était le meilleur moyen de se détester à moyen terme… Donc je me dis souvent que mon association n’est pas « si mal que ça! » Mais peut-être parce que je n’ai connu aucune association vraiment réussie autour de moi?
    Je te souhaite de connaitre cette réussite-là. Tu donneras des nouvelles quand ça se concrétisera 😉

  7. Le , Un Druide a dit:

    Merci pour ton retour d’expérience. Il n’y a pas d’installation idéale, mais une bonne préparation est indispensable, sans naïvement penser que tout sera idyllique. Nous verrons bien ce que ça donne! A bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :